Le Cameroun s’est joint à la communauté internationale pour célébrer ce lundi 3 décembre 2018, les personnes handicapées. Une célébration qui se tient dans un contexte où les personnes vivant avec un handicap ont besoin d’être valorisées.

Les pouvoirs publics et ses partenaires au développement œuvrent au quotidien pour apporter leurs appuis aux personnes vivant avec un handicap afin de laisser éclore leurs talents et développer les potentialités de cette catégorie sociale.

Aujourd’hui encore, le regard des personnes valides sur celles vivant avec un handicap sont teintés des préjugés. Pourtant, celles-ci sont dotées de capacités de travail similaire aux personnes valides.

A Ngaoundéré, les personnes vivant avec un handicap se rencontrent dans les coins de rue et quartiers de la ville avec chacune sa spécificité. ‘’La personne handicapée pour moi est comme tout autre personne. Le souci avec certaines d’entre elles, ce qu’elles se laissent emporter par la paresse. Elles préfèrent quémander que d’apprendre un métier’’, déclare Jonas, moto taximan dans la ville de Ngaoundéré.

Pourtant, loin de ce regard dénigrant, beaucoup de personnes sont bel et bien conscientes du caractère vulnérable des personnes vivant avec un handicap, d’où la considération qu’elles ont pour cette catégorie sociale. Dans les services publics, elles ont la priorité d’être servie.

‘’Personne ne choisit d’être handicapé. Qu’est ce qui dit que moi aussi, je ne pourrais pas me retrouver un jour dans ces mêmes conditions. Lorsque je me trouve devant un service public avec une telle personne, elle est prioritaire dans le service’’, relate Housseini, rencontré dans un service public dans la ville de Ngaoundéré.

Dans certains services publics de la ville, la règle est connue de tous. Aucune personne handicapée ne se s’aligne pour être servie. ‘’Dans mon service, les personnes handicapées ne s’alignent pas. Même si c’est déjà l’heure de la fermeture du bureau, je m’arrange à servir cette dernière avant de partir’’, renchérit Méric, jeune cadre dans la ville.

En dehors de cette considération, les témoignages sur les talents de bon nombre de personnes vivant avec un handicap fusent l’admiration. ‘’Je ne peux pas oublier le talent de ce photographe, Sali Déli qui fait l’unanimité au sein des photographes de la ville de Ngaoundéré. La précision dans la prise de vue en fait une personne exceptionnelle’’, raconte avec nostalgie Marcel, ancien élève du lycée technique de Ngaoundéré.

La célébration de la journée internationale des personnes vivant avec un handicap cette année sous le thème « autonomiser les personnes handicapées et assurer la participation et l’égalité » appelle à une prise de conscience individuelle et collective sur la capacité de travail des personnes handicapées comme acteur important de la vie socioéconomique du Cameroun. Il est aussi question pour les pouvoirs publics de multiplier les stratégies afin d’assurer le plein épanouissement de cette catégorie sociale.

Actucameroun.com