Les Camerounais invités à rester à l’écoute du Conseil constitutionnel

24
0

L’élection présidentielle au Cameroun s’est « globalement » déroulée « dans le calme, la sérénité et la transparence », a déclaré le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, appelant toutefois ses compatriotes à persister dans le respect de la loi en restant à l’écoute du Conseil constitutionnel qui a 15 jours pour procéder à la proclamation officielle des résultats.Rappelant qu’aux termes de la loi, la publication des tendances est prohibée, le ministre qui s’adressait à la presse, peu après le scrutin, a averti que « personne n’a le droit de se substituer» au Conseil constitutionnel et que « toute forme de remise en cause du verdict des urnes, en dehors des voies légales, ne sera pas tolérée ».

Hormis les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest qui font face à des violences séparatistes et où le vote a été perturbé, le reste du pays a baigné dans le calme durant le scrutin, à en croire le ministre. « Les informations concordantes en ma possession, indiquent que les opérations électorales se sont globalement déroulées sur l’ensemble du territoire national dans le calme, la sérénité et la transparence », a-t-il dit avant d’adresser « au nom du gouvernement », ses félicitations au « peuple camerounais souverain et maître de son destin ».

Depuis le début de ce processus, ce peuple « a fait preuve de maturité et de patriotisme », selon le ministre qui a invité « les acteurs politiques à lui (peuple) emboiter le pas et à faire preuve d’un sens élevé de responsabilité afin que le processus qui a si bien commencé se termine dans le même esprit ».

Au total, 6,600 192 millions d’électeurs étaient  inscrits sur les listes électorales au plan national et 19 356 sur les listes réservées à la diaspora pour cette élection présidentielle convoitée par huit candidats dont le président sortant, Paul Biya, 85 ans dont 36 passés à la tête du pays.

24 988 bureaux de vote dans les dix régions et 66 bureaux de vote à l’étranger devaient accueillir les électeurs dont le vote s’est effectué sous le regard de 4094 observateurs, soit 3662 observateurs nationaux et 432 observateurs internationaux.

Avec APA